L'énergie solaire thermique en France

 

Un ensoleillement particulièrement favorable

Dans le sud de la France, un chauffe-eau solaire individuel (CESI) avec 2 à 3,5 m² de capteurs (contre 3 à 5,5 m² dans le nord) suffit à produire de l’eau chaude sanitaire pour une famille de trois ou quatre personnes, à hauteur de 50 à 80 % de leurs consommations.

Concernant le chauffage à l’aide de SSC, les installations sont plus importantes : la surface des capteurs est de l’ordre de 15 m² ; le ratio moyen pour le taux d’économie d’énergie concernant les SSC s’échelonne entre 10 et 50 %, voire plus dans certains cas très favorables.

 

Une croissance forte depuis 1999

Evolution des installations thermiques en France

Le solaire thermique connaît une croissance soutenue depuis plusieurs années : entre 1998 et 2007, le marché en France métropolitaine a progressé de près de 40 % par an. 2007 et 2008 se placent en retrait avec respectivement « seulement » 16 % et 20% de croissance. Malgré cette progression, le marché solaire français profite davantage au photovoltaïque qui, lui, a enregistré une hausse de 200% en 2007 !

En 1999, l'ADEME a mis en place le Plan Soleil. Ce plan prévoyait une large diffusion de l'énergie solaire thermique par l'amélioration des matériels, la formation des installateurs et la diminution du coût des équipements installés et également la mise en place d'un réseau d'installateurs certifiés (Qualisol). Il a permis un démarrage du marché des CESI en France. De quelques centaines d’installations en 2000, les ventes ont dépassé les 15 000 en 2005.

La forte augmentation du marché à partir de 2005 correspond à la mise en place du crédit d’impôt de 40 % pour les particuliers, porté à 50 % pour la période 2006- 2009, auquel s’ajoutent des aides à l’investissement au niveau régional et de plus en plus au niveau local. Le système de soutien français est ainsi devenu, en quelques années, un des plus attractifs de l’Union Européenne.

 

La répartition du solaire thermique français en 2008

En 2008, près de 220 MW (313 000 m²) ont été installés en métropole et 51 MW (74 000 m²) dans les DOM-TOM (DROM-COM). Avec 3,1 kW pour 1000 habitants, le marché 2008 en France Métropolitaine reste en retrait de la moyenne européenne de 3,8 kW pour 1000 habitants.
Le marché français représente 9 % du marché européen.

Sa particularité : un développement plus important que chez ses voisins du solaire thermique collectif. En effet, ce secteur a augmenté de +43% entre 2007 et 2008 (contre +8% pour les CESI et +16% pour les SSC).

 

Perspectives 2009

Pour 2009, les professionnels sont optimistes. Pour encourager les particuliers à s’équiper, ils comptent beaucoup sur l’éco-prêt à taux zéro mis en place par le gouvernement. Ce dispositif permet aux propriétaires engagés dans des travaux de rénovation thermique de bénéficier d’un prêt à taux zéro d’un montant maximum de 30 000 euros maximum, cumulable avec le crédit d’impôt sous certaines conditions.

Pour le marché du collectif, Enerplan de son côté a lancé sa propre initiative baptisée « So Col » pour accélérer la généralisation de l’eau chaude solaire collective : de 57.000 m2 de panneaux solaires installés en 2008, Enerplan compte passer à 70.000 m2 en 2010, 600.000 m2 en 2015 et 745.000 m2 en 2020. Les réflexions de l’initiative So Col se concentreront sur les aspects techniques, financiers et juridiques de la filière mais également sur les formations et la communication.

Signe de la bonne santé et de la "popularisation" de cette technologie : depuis peu, les panneaux solaires fleurissent dans toutes les grandes surfaces de bricolage...

 

Les objectifs du Grenelle de l'Environnement pour 2020

Le Grenelle de l’Environnement fixe à au moins 23 % la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique. Dans ce cadre, le solaire thermique passera de 27 000 tep (tonnes équivalent pétrole) en 2006 à 900 000 tep en 2020, soit au total plus de 4 millions de logements équipés.

Le projet de loi de mise en oeuvre du Grenelle prévoit de rendre obligatoires les labels BBC (Bâtiment à Basse Consommation, soit une consommation inférieure à 50 kWh par m² et par an) dès 2012 et BEPOS (Bâtiment à Energie Positive) dès 2020. L’énergie solaire thermique sera déterminante pour l’octroi de ces labels.

 

 

© 2009 Créateur: Florian CRONFALT Rédacteurs: Florian CRONFALT, Florian MULLER, Donovan OLIVER site créé en Novembre 2008

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×