Histoire du solaire thermique

 

Les panneaux solaires thermiques

La technologie des panneaux solaires thermiques étant relativement simple, son historique est assez succinct.

L’histoire des capteurs thermiques à basse température remonte en fait aux années 1780 quand H. B. de Saussure met en évidence l’effet de serre obtenu par un vitrage au-dessus d’un absorbeur dans un caisson isolé.

Il faut cependant attendre 1910 pour voir apparaître les premiers chauffe-eau solaires en Californie.

Comme beaucoup de filières d’énergies renouvelables, le solaire thermique connait une phase de croissance importante entre 1973 et 1985 en réaction au choc pétrolier. Mais ce développement rapide, avec des technologies ou des installateurs déficients, a entraîné de nombreuses contre-performances.

 

Les concentrateurs solaires

Les premières traces de miroir parabolique remontent à l'antiquité, époque à laquelle les Grecs allumaient la flamme olympique grâce aux seuls rayons du soleil et à un tel miroir.

En 1615, Salomon de Gaus construit une pompe solaire, utilisant de l'air chauffé avec le rayonnement solaire.

En 1747, M. de Buffon expérimente un miroir dont les nombreuses glaces concentre la lumière du soleil vers le même point : il arrive ainsi à faire fondre un morceau d'argent (dont la température de fusion est de 1044°C).

A la fin du XVIIIème siècle, Lavoisier construit un four solaire qui atteint la température de 1800°C. Pour cela, il concentre les rayons solaires à l'aide d'une lentille à liquide.

En 1816, Robert Stirling invente le "moteur à air chaud" (appelé aujourd'hui "moteur Stirling"), à 4 temps.

Au cours du XIXème siècle, Augustin Mouchot met au point de nombreuses inventions : pasteurisation solaire, distillation solaire, cuisson solaire, pompage solaire, concentrateur parabolique alimentant des machines thermiques ... Il gagne notamment la médaille d'or à l'exposition universelle de 1878 avec un réflecteur de 5 mètres de diamètre associé à une machine à vapeur qui actionne une presse d’imprimerie.

En 1910,  l'américain Franck Shuman construit une centrale thermosolaire à taille industrielle en Egypte.

En 1949, Félix Trombe construit à Mont Louis un immense miroir parabolique qui permet d'atteindre 3000°C à son point de concentration.

C’est à la fin du XXème siècle que sont lancés diverses centrales et fours solaires à concentration :
après différents prototypes, EDF inaugure en 1983 Thémis, la première centrale électrosolaire à tour française. La France ayant fait le choix de ne développer que la filière nucléaire, cette centrale ferme en 1986, pour ouvrir à nouveau en 2007.
De même, de 1984 à 1991, de nombreuses centrales à miroirs cylindro-paraboliques voient le jour aux Etats-Unis.

Depuis la fin des années 90, quelques pays ont relancé des programmes de soutien au développement du solaire thermique : l’Autriche, l’Allemagne, la Chine ...

D'autres pays les ont rejoints ces dernières années (Etats-Unis, Espagne, Israël, Australie, Maroc, Egypte, ...), avec notamment des réalisations de centrales solaires permettant un stockage plus long de la chaleur, et des puissances de plus en plus grandes. Par exemple, d'ici 2013, la centrale PS10 en Espagne devrait pouvoir, avec ses 300 MWe, alimenter en électricité l'intégralité de la ville de Séville.

 

 

© 2009 Créateur: Florian CRONFALT Rédacteurs: Florian CRONFALT, Florian MULLER, Donovan OLIVER site créé en Novembre 2008

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×